Comment je me suis mise à la course à pied

Pourquoi ?  Ça faisait quelques temps que je commençais à revoir mon mode de vie. Je bouleversais toutes mes habitudes afin de prendre enfin soin de ma santé et de l’environnement.  Je ne mangeais plus que bio, je faisais attention à la cuisson de mes aliments, j’évitais tous les produits acidifiants comme les produits laitiers, la viande (j’ai toujours eu de gros problèmes d’acidité d’estomac), j’avais banni  le plastique de ma cuisine par peur que cela empoisonne ma nourriture, je ne dormais plus avec mon téléphone et j’éteignais le wifi de chez moi la nuit… J’en étais même arrivée à me débarrasser de mon micro-ondes par peur que les ondes me rendent malade… Bref, j’étais devenue paranoïaque, j’avais l’impression que tout ce qui m’entourait était susceptible de me tuer à long terme.  Puis un jour, allongée  dans mon hamac au soleil, une idée m’a traversé la tête… Vous savez ce genre d’idée folle qu’on peut avoir 20 fois sur la journée sans y prêter attention.  Je m’étais dit « tiens ... ma maman à couru 20 km il y a quelques années, pourquoi pas moi ?! Ça serait chouette si moi, qui ne sait pas courir 100 m, je faisais un semi-marathon… Juste pour me prouver que je suis capable d’y arriver… Après ça j’arrêterai de courir ». Je me suis empressée de rejoindre mon papa pour lui expliquer mon nouveau rêve… Sur le coup il n’a pas cru une seconde que je le ferai… Déçue, je suis allée voir mon chéri pour lui faire part de ce rêve. Pour lui, j’en étais évidement capable (pour lui je suis capable de tout) mais que ça serait vraiment difficile.  Le soir même dans mon lit, je n’arrivais pas à m’enlever cette idée de la tête. Surtout que je me disais que tous les efforts que je faisais pour ma santé étaient négligeables à côté des bienfaits d’une activité physique régulière.  C’est comme ça que le lendemain j’ai enfilé mes baskets pour la première fois.  Je pense que les réseaux sociaux ont joué un rôle important dans ma motivation. Quand je voyais toutes ses filles faire des choses qui me semblaient  incroyables, comme aller courir à 7h du matin… cela m'a gonflé  à bloc ...  Je vous avoue qu’au début c’était très difficile, mais j’avais lu que le minimum pour être en bonne santé c’était de faire 3 fois 45 minutes d’activité physique par semaine. Je faisais donc tout ce qui était en mon possible pour m’y tenir. 

Photo du fameux hamac !

Comment ? J’avais un objectif à long terme, mon semi-marathon en 1 an, c’est lui et mon envie d’être en bonne santé qui me motivait à chaque sortie.  J’ai eu la chance d’être très bien accompagnée, mon chéri s’est mis de son côté à la course à pied et mon papa s’est très vite pris au jeu de devenir mon coach.  J’ai commencé par faire du fractionné (marché/courir), au début c’est génial car les progrès sont très rapides. J’avais un objectif toutes les semaines comme faire 5km en fractionné puis 1 km sans s’arrêter, puis 2, puis 3 … faire 1km à 7 min/km, faire 7km en 1h … Bref, je trouvais le moyen de me donner envie d’y retourner et d’être régulière dans ma pratique.  Puis, j’ai commencé à m’attaquer à mon premier objectif distance : courir 10 KM ! J’avais pour ça suivi  un programme de l’application ijwok. J’ai donc couru mon premier 10km après un bon mois en 1h36 !! (Oui c’est très lent, je sais, mais j’étais quand même fière de cette première victoire).  Ensuite, je m’étais imposée un minimum de 15 km par semaine, ça m’a permis d’être régulière. Je faisais mon tour de 5km 3 fois semaine. Je continuais  à suivre plein de sportives amatrices sur instagram, elles me motivaient, elles me donnaient l’envie de me surpasser… Et surtout elles m’apportaient beaucoup d’idées de futurs objectifs, de futurs rêves ... C’est comme ça que j’ai commencé à rêver de faire un KM vertical (c’est-à-dire monter 1000m de dénivelé sur la plus petite distance possible. J’ai donc foncé sur l’occasion de m’inscrire moi ainsi que 5 de mes proches aux KM VERTICAL du marathon de Chamonix. Mais mon chéri trouvait que ça faisait beaucoup de route pour un KM Vertical… Ils nous a donc également inscrit à une autre épreuve le lendemain « le duo étoilé » c’est-à-dire une course en binôme de 19 km avec 1600m de dénivelé. Autant vous dire que j’avais très peur !!!! Et pourtant, ça était un moment extraordinaire, inoubliable où je me suis réellement dépassée, où je suis allée jusqu’à la limite de ce que je pouvais faire. 

Ligne d'arrivée du KM VERTICAL de Chamonix

En revenant de Chamonix, nous regardions ce que nous allons faire pendant nos vacances à l’ile Maurice. Nous avons vu qu’il y avait un semi-marathon organisé à 100 m de là où nous logerions… C’était un signe ! Je n’avais pas fini mon entrainement « mon premier 20KM » de l’application ijwok, mais je DEVAIS le faire. 

Arrivée de mon premier semi-marathon à l'île Maurice

Je n’avais aucune idée du temps que j’allais mettre… Je commençais  à peine à courir sous la barre des 8min/km… Au final, j’ai eu très peu de mal par rapport à ce que j’imaginais. Je l’ai fait en 2h39 donc à moins de 7’30’’/km !!!! C’était inespéré même après 1 an d’entrainement. Au final, moi qui me disais toujours « quand j’aurai atteint mon objectif j’arrêtai ce supplice d’aller courir. Je ferai un autre sport pour faire mes 3 fois 45 minutes d’activité physique », j’étais devenue complètement accro. Je ne pouvais plus m’arrêter… Le soir même après ma course je me cherchais déjà de nouveaux objectifs  (un marathon ? Un half ironman ?). Je regardais toutes les futures courses sur les réseaux… Je me suis donc inscritre au 21 km du trail côte d’opal en septembre et des 20 km de Marseille-Cassis… Je voulais donc faire un semi marathon tous les 2 mois. Malheureusement, une tendinite m’a empêché de garder le rythme… J’ai dû lever le pied pendant 3 mois… Ce qui m’amène à aujourd’hui… Aujourd’hui, je cours de nouveau, j’avais peur de ne pas savoir m’y remettre et au final je me rends compte que je n’attendais que ça.  J’ai donc refais un semi marathon en mars, j’en fais un autre début mai. Et, cerise sur le gâteau, malgré mes 3 mois d’arrêt,  j’avais perdu beaucoup de poids,  ce qui a eu une inscidence considérable sur ma vitessse :  je m’étais améliorée malgré mon arrêt. 

Mes conseils :  N’abandonnez pas et surtout évitez de vous comparer aux autres ! Soyez régulier c’est la clef de la réussite.  Essayez d’avoir toujours des objectifs à court et à long terme, ils vous permettront  de rester motivé et donc d’être régulier. N’ayez pas peur de taper haut ! Les rêves ne sont jamais trop grands ... Au final, vous ne risquez rien à part de les atteindre.  Soyez heureux dans votre pratique sportive, allez y à la sensation, faites vous plaisir sans jamais vous mettre la pression. 

© 2019 Zou à table